menuFnac

AVEC LE PARADIS AU BOUT
  • AVEC LE PARADIS AU BOUT

  • Théâtre contemporain
  • le mercredi 08/02/2017 à 20h00
Soyez le premier à donner votre avis!
Pas du tout Un peu Beaucoup Passionnément A la folie
  • 10,00 €

Donnez-moi donc un corps

Cinq jeunes comédiens sont, comme leurs personnages, nés en 1989. Ils relisent, en tableaux successifs les grands événements de leur histoire contemporaine: la chute du mur de Berlin, le 11 septembre 2001, la crise financière en 2008, jusqu’à aujourd’hui. Ils cherchent dans ces récits des raisons d’espérer une société plus juste et plus heureuse.
Les préludes de Rostropovitch à Berlin furent nos premières berceuses, et ses coups d’archet défirent, eux aussi, les milliers de briques qui divisaient le monde en deux. Wir sind das Volk! haranguaient les Berlinois en 1989, nous sommes un Peuple !

Nous sommes nés à l’aurore de grands espoirs. Le glas de la Guerre Froide avait enfin sonné, et les rêves de démocratie mondialisée, de frontières abattues et d’échanges internationaux d’idées, de marchandises ou d’images allaient leur chemin – avec le paradis au bout?

En 2016, à l’heure où de nouveaux murs se dressent, où des milliers de migrants s’échouent sur les bords de la Méditerranée, à l’heure de bombes parmi les prières, de la montée des extrêmes et de nos oublis dans l’hyper-rapidité ou le tumulte de l’information, c’est à se demander si nous, les enfants de la Brèche, nous ne nous étions pas emmurés dans nos peurs, nos détresses et nos fragilités.
Notre création démarre sur ce constat d’Amin Maalouf : « Nous sommes entrés dans le nouveau siècle sans boussole ». Ce projet – modestement – en cherche une, espère en trouver une, voudrait s’en fabriquer. En relisant les 25 dernières années, nous nous sommes embarqués sur la mer houleuse de notre passé afin que les espoirs levés en 1989 s’ancrent dans nos printemps à venir.

“Le bruit des cabarets, la fange du trottoir Les platanes déchus s’effeuillant dans l’air noir L’omnibus, ouragan de ferrailles et de boues Qui grince, mail assis entre ses quatre roues Et roule ses yeux verts et rouges, lentement Les ouvriers allant au club, tout en fumant Leur brûle-gueule au nez des agents de police Toits qui dégouttent, murs suintants, pavé qui glisse Bitume défoncé, ruisseaux comblant l’égout Voilà ma route – avec le paradis au bout.” Paul Verlaine, La Bonne chanson

Inscription aux alertes

L'inscription aux alertes vous permet d'être informé dès qu'une nouvelle manifestation est disponible pour un artiste ou un club de sport. Vous pouvez également être informé de toute l'actualité d'une salle. En savoir plus

Vous pouvez vous inscrire aux alertes salles suivantes
CENTRE WALLONIE-BRUXELLES (PARIS 04)
Ajouter